Opportunités
leblogdesentreprises

L’innovation de rupture est caractérisée par des projets disruptifs proposés bien souvent sur des marchés traditionnels ! Comment réussir à en faire un business viable ?

GoJob a bouleversé le marché des agences d’intérim par une approche 100% digitale permettant de connecter des employés à la recherche d’une mission avec des entreprises à la recherche d’un collaborateur motivé. L’application propose des contrats d’intérim ou des CDI. Pas de CV en vue, les candidats mettent en avant leurs savoir-faire, leurs compétences et des recommandations.

  • Opportunités

Mais au fait, qu’est-ce qu’une innovation de rupture ? Clayton Christensen dans son livre, The innovator’s dilemma (1997), la décrivait de la façon suivante : l’innovation de rupture est fondamentalement différente de ce qui existe sur le marché, et pourtant, elle finira par remplacer la technologie dominante, alors qu’en règle générale, elle est moins performante au départ que celle-ci !

L’innovation de rupture ne s’attaque pas à de nouveaux besoins, elle modifie la chaine de valeurs en simplifiant les usages ! Ainsi, l’iPhone a bouleversé le monde du mobile, en rompant les usages et les habitudes des consommateurs. Ces stratégies de rupture ne sont pas uniquement réservées au secteur des nouvelles technologies. L’hôtellerie, le transport, l’agroalimentaire sont également concernés et touchés par des créateurs qui ne cherchent pas à modifier le produit ou le service mais qui réussissent à bouleverser complètement le regard porté sur le produit ou le service concerné.

Un exemple d’innovation réussie sur le marché très concurrentiel de l’emploi et plus précisément de l’intérim est celui de GoJob, fondé par les deux entrepreneurs Pascal Lorne et Benoît Charpentier en 2015 à Aix-en-Provence.
GoJob a bouleversé le marché des agences d’intérim par une approche 100% digitale permettant de connecter des employés à la recherche d’une mission avec des entreprises à la recherche d’un collaborateur motivé. L’application propose des contrats d’intérim ou des CDI. Pas de CV en vue, les candidats mettent en avant leurs savoir-faire, leurs compétences et des recommandations.

4 questions à Pascal Lorne, fondateur de GoJob

– Pourquoi avoir créé GoJob, l’intérim connecté ?
Revenu des États-Unis il y a 2 ans, j’ai retrouvé une France encore cramponnée sur les diplômes et les CV. Enfermée dans le sacro-saint CDI. Alors qu’au final, ce qui compte, c’est la valeur humaine des gens. Gojob est une plateforme de confiance, sur laquelle les entreprises peuvent trouver des intérimaires de qualité. Sur cette même plateforme, ceux qui veulent bosser, trouvent des missions adaptées à leurs envies et leurs horaires. Le tout en interim. En étudiant bien le marché de l’emploi, je me suis aperçu que le statut est le garant indispensable de la liberté individuelle et qu’il permet à chacun de préserver ces prestations de couverture maladie, chômage et retraite…

– En quoi GoJob crée une rupture avec le marché de l’emploi traditionnel ?   
Tout d’abord, le sourcing des candidats. À travers les réseaux sociaux et la cooptation, nous dénichons des candidats exceptionnels. Ensuite, nous avons une approche 100% digitale, de la recherche à l’entretien téléphonique jusqu’à la signature du contrat électronique et des bulletins de salaire. Cela nous permet de diviser par 3 les frais de structure et de rendre le contrat intérimaire aussi attractif voir plus attractif que le CDD pour les entreprises. Et puis surtout, parce que sur Gojob, chacun a sa chance. Quelle que soit son origine, ou son parcours.

– Vous vous définissez comme un social entrepreneur, vous pouvez nous en dire plus ?
-À la fin de chaque mission, l’entreprise note la mission. Et vice versa. Au fil des missions, les intérimaires se créent un parcours, qui reflète leur capacité à fournir une prestation de qualité. Et plutôt que de mettre en avant les personnes bien nées, au CV parfait, avec la bonne bouille qui va bien, nous mettons en avant les intérimaires les plus méritants. C’est un véritable tremplin pour tous ceux qui souffrent de discrimination, une véritable aubaine notamment pour tous les jeunes de quartier qui veulent travailler.

– La GoJob foundation en quelques mots? 
Les fondateurs ont décidé de donner une partie significative de leurs parts à un fond de dotation. Parce que Gojob, ce n’est pas une start-up pour « s’en mettre plein les poches », c’est avant tout une start-up motivée par l’opportunité de changer les modèles sociaux et faire évoluer les règles du jeu.

et plus sérieusement : 
– Si vous deviez être un super héro?
oula…. hem… Luke Cage ? haha
– Vous partez en vacances avec une personne célèbre, laquelle ?
Bob Marley. Dépaysement garanti ;-))))
– Pour quelle entreprise française auriez-vous adoré mettre à profit vos nombreux talents ?
BlaBlaCar
Partagez cet article