Rencontres
leblogdesentreprises

La famille Branellec, les gaulois de l’hôtellerie

Gurvan Branellec, Président du groupe Oceania Hotels, mise sur ses collaborateurs et sur l’innovation pour construire le futur de l’hôtellerie. Créateur d’un concept révolutionnaire, où le client peut faire varier le prix de sa chambre, il raconte les facteurs clés de succès d’une « réinvention » à la pointe.

  • Rencontres

Quels sont, selon vous, les enjeux de l’hôtellerie aujourd’hui ?

journee_gurvan_branellec Gurvan Branellec : L’hôtellerie vit une grande révolution. Les attentes des clients ne sont plus les mêmes aujourd’hui qu’il y a 10 ans. Un client content n’est pas forcément un client qui reviendra. Les consommateurs ont soif de découvertes, d’aventures. Désormais, les besoins s’organisent autour de désirs plus émotionnels, leurs besoins primaires et fonctionnels passent désormais au second plan. Le client du XXIe siècle attend de vivre un séjour riche en émotions grâce à des prestations uniques et originales proposées par un personnel qualifié et serviable. Le tout dans le respect de l’environnement. Notre métier a changé, l’enjeu n’est donc plus de proposer des nouveaux produits mais bien répondre à des nouvelles « envies » à des prix rêvés. Cette mutation, mon père l’avait pressentie il y a plus de 10 ans avant même que le digital rebatte les cartes. Il avait déjà écrit les prémices du concept NOMAD Hotels.

En quoi le concept de NOMAD Hotels réinvente l’hôtellerie traditionnelle?

GB : NOMAD Hotels est notre réponse à ces nouvelles envies. Notre volonté est de proposer un produit novateur. Nous aimons nous définir comme des « Gaulois de l’Hôtellerie ». NOMAD Hotels est un concept qui repose à la fois sur la liberté, le contact et le confort. Plus qu’une chambre, nous proposons un espace de vie, ouvert sur le monde et la société. Les clients deviennent des consom’acteurs : tout est modulable même le prix. Nous sommes partis d’un constat simple : la société est fatiguée des règles, nous évoluons dans un monde où tout est imposé. Nous offrons désormais de vrais espaces de liberté. Chez NOMAD Hotels, le client choisit l’agencement de sa chambre. Les meubles peuvent être déplacés pour permettre une véritable appropriation de l’espace. Nous proposons également une maîtrise complète des coûts, une alternative à la traditionnelle formule : « options = coûts ». Le client peut diminuer le prix de son séjour en supprimant les options dont il n’a pas besoin (ménage, double lit, vidéoprojecteur). Une tablette est également à disposition dans chaque chambre pour permettre de piloter tous les équipements, et même de gérer en toute autonomie sa consommation d’eau.

bar-hotel-nomad-roissy

Comment avez-vous réussi en si peu de temps à vous « réinventer » ?

GB : Notre société a été créée il y a 40 ans par mon père et si nous sommes toujours en vie aujourd’hui, c’est grâce à notre remise en question permanente. Innover, c’est notre ADN. Notre parcours en atteste à travers les différentes marques que nous avons créées : Oceania, NOMAD Hotels, Nautilus… Nous évoluons dans un système qui avance à vitesse grand V. Avec le développement du numérique, les circuits de distribution ont changé et, pour rester connecté avec notre marché, nous n’avons pas d’autres choix que d’investir en priorité dans les nouvelles technologies. À la différence d’un grand groupe, qui va attendre les signaux émis par le marché pour agir, nous devons prendre des risques et anticiper. Notre positionnement nous oblige à être des agitateurs. Nous avons par exemple recruté un collaborateur dont la mission est de dénicher les perles rares, les startups inventives. Nous leur apportons de la visibilité et ils partagent leurs savoir-faire. C’est un deal gagnant – gagnant. Je pense que nous avons réussi ce challenge grâce à la dimension familiale et agile de notre entreprise. Oceania Hotels n’est pas une simple marque, c’est avant tout une culture, une famille.

Ne s’oriente-t-on pas vers des concepts d’hôtellerie sans hôtelier finalement, où le numérique prend la place de l’humain ?

GB : Pas du tout, bien au contraire. Notre concept permet de replacer l’humain au cœur de la relation. Les nouvelles technologies font gagner du temps à mes collaborateurs qui peuvent ainsi mieux s’occuper des clients. Plus nous réussirons à intégrer les nouvelles technologies dans nos offres et nos produits et plus l’humain trouvera une place stratégique dans le développement de nos business models.

bar-hotel-nomad

LE CONCEPT NOMAD EN 4 POINTS

Éco-responsabilité : Chaque hôtel est éco-responsable avec un véritable confort thermique et acoustique, des matériaux recyclés et recyclables, la récupération des eaux pluviales, des panneaux solaires…

Économies : Le client a la liberté de faire baisser le prix de son séjour en supprimant toutes les options dont il n’a pas besoin, en réservant à l’avance ou en passant au moins 2 nuits sur place.

Liberté : Le client choisit toutes ses options comme l’air conditionné, le ménage, l’utilisation d’un vidéoprojecteur… Il a aussi la possibilité de personnaliser sa chambre, l’orientation de son lit, l’ambiance lumineuse.

Innovation : Tous les équipements de la chambre sont pilotables depuis une tablette tactile. Accès aux réseaux sociaux, musique (Spotify, Deezer), sélection de jeux vidéos et internet en illimité.

Biographie

Proximité et innovation caractérisent Oceania Hotels, société dirigée par la famille Branellec depuis plus de 40 ans. L’entreprise compte 29 établissements de 3 ou 4 étoiles dans 19 villes de France et a enregistré, en 2016, un chiffre d’affaires de 65 M€. Aujourd’hui, les valeurs du groupe sont portées par 650 ambassadeurs et les opérations sont supervisées depuis le siège social situé au cœur de Brest.

À propos de Gurvan Branellec

Gurvan Branellec dirige depuis 1999 la société Sofibra, fondée en 1975 par son père, François, et spécialisée dans l’hôtellerie. Diplômé de l’Institut Supérieur de Gestion, il débute sa carrière professionnelle en 1992 pour le Groupe DANONE, en travaillant pour la marque « EVIAN » aux Etats-Unis.  En 1995, il revient en France en tant que Directeur Export pour la Société « FEYEL ARTZNER », basée en Alsace, à Strasbourg. Puis il rejoint l’entreprise familiale en 1999 en tant que Directeur Général. En 2003, il est nommé Président de la société, année de la revente des hôtels B&B, pour se concentrer sur le développement de la marque Oceania Hotels. Précurseur, il lance en 2014 avec ses équipes le concept hôtelier NOMAD Hotels.

Partagez cet article